Lettre de poilu : René Pigeard

mercredi 9 octobre 2013
par  M Aubague

Collège A. Daudet Alès

Histoire des arts 3°. Domaine : arts du langage Thématique : Arts, Etats et pouvoir. L’œuvre d’art et la mémoire.

UNE LETTRE DE POILUS : RENE PIGEARD

René Pigeard, originaire de l’Yonne, avait 20 ans en 1914. Blessé lors de la bataille de Verdun, fait prisonnier en 1917, il mourut en essayant de s’évader de son camp de prisonniers le 11 octobre 1917. Cette lettre a été écrite .peu de temps après une permission.

Le 27 août 1916, Cher Papa, Dans la lettre que j’ai écrite à maman, je lui disais tout notre bonheur de nous retrouver nous- même après s’être vus si peu de chose…à la merci d’un morceau de métal !...Pense donc que se retrouver ainsi à la vie c’est presque de la folie : être des heures sans entendre un sifflement d’obus au-dessus de la tête... Pouvoir s’étendre de tout son long, sur de la paille. Avoir de l’eau propre à boire après s’être vus, comme des fauves, une dizaine autour d’un trou d’obus à nous disputer un quart d’eau croupie, vaseuse et sale ; pouvoir manger quelque chose de chaud à sa suffisance, quelque chose où il n’y ait pas de la terre dedans, quand nous avions encore quelque chose à manger... pouvoir se débarbouiller, pouvoir se déchausser, pouvoir dire bonjour à ceux qui restent... Pense que, de chaque côté des lignes, sur une largeur d’un kilomètre, il ne reste pas un brin de verdure, mais une terre grise de poudre, sans cesse retournée par les obus : des blocs de pierre cassés, émiettés, des troncs déchiquetés, des débris de maçonnerie qui laissent supposer qu’il y a eu là une construction, qu’il y a eu des « hommes »... Je croyais avoir tout vu à Neuville. Eh bien non, c’était une illusion. Là-bas, c’était encore de la guerre : on entendait des coups de fusil, des mitrailleuses, mais ici, rien que des obus, rien que cela ; puis des tranchées que l’on se bouleverse mutuellement, des lambeaux de chair qui volent en l’air, du sang qui éclabousse...Tu vas croire que j’exagère, non. C’est encore au-dessous de la vérité. On se demande comment il se peut que l’on laisse faire de pareilles choses. Je ne devrais peut-être pas décrire ces atrocités mais il faut qu’on sache, on ignore la vérité trop brutale. Et dire qu’il y a vingt siècles que Jésus-Christ prêchait sur la bonté des hommes ! J’espère aller bientôt vous revoir, et on boira encore un beau coup à la santé de ton poilu qui t’embrasse bien fort.

René Pigeard

Présentation d’une lettre de poilu de René Pigeard

Identification :

Ce document est une lettre écrite le 27 août 1916 par un soldat français, René Pigeard. Il se trouve dans la région de Verdun et raconte à son père ce qu’est sa vie quotidienne sur le front.

Description :

Cette lettre décrit les difficultés de la vie quotidienne des soldats : Les difficultés matérielles :

  • la fatigue, liée aux assauts répétés, aux marches forcées, à la difficulté de dormir, du danger omniprésent, des relèves qui se font la nuit (« pouvoir s’étendre tout son long.. »)
  • le manque d’hygiène, lié à la vie dans les tranchées : R. Pigeard parle du désir d’ « avoir de l’eau propre à boire », de la nécessité de se « disputer un quart d’eau croupie », de la terre et de la boue qui collent aux vêtements (« quelque chose où il n’ait pas de terre dedans », « pouvoir se débarbouiller »)
  • l’insuffisance du ravitaillement (« pouvoir manger quelque chose de chaud à sa suffisance…Quand encore nous avons quelque chose à manger ») Les souffrances morales et psychologiques :
  • le sentiment d’impuissance face au pouvoir de destruction des nouvelles armes : un soldat est « si peu de chose, à la merci d’un morceau de métal ». Ce sentiment entretient une angoisse permanente, « presque de la folie » selon. R. Pigeard
  • la démoralisation naît aussi du spectacle permanent de la mort (« des lambeaux de chair qui volent en l’air, du sang qui éclabousse ») et des destructions (« pas un arbre vivant.., pas un brin de verdure mais une terre grise de poudre », selon R.Pigeard.

Contexte :

Cette lettre est écrite pendant la bataille de Verdun (février-décembre 1916) alors que la Première Guerre mondiale dure depuis plus de deux ans. La France est en guerre contre l’Allemagne. Sur le front ouest, toutes les offensives lancées dans l’été 1914 ont été stoppées, les armées françaises et allemandes se font face sur une ligne de front située dans le nord-est de la France. Durant cette période, que l’on appelle « la guerre de positions », chaque armée protège ses positions en creusant des tranchées, perfectionne l’armement (début de l’utilisation des armes chimiques, des tanks, de l’aviation...) et lance de grandes offensives concentrées sur un secteur précis pour user son adversaire. Ainsi, en février 1916, le commandement allemand décide d’attaquer dans la région de Verdun, pour « saigner à blanc » l’armée française : l’offensive est précédée d’un tir d’artillerie de 1200 canons pendant plus de quatre jours. Pendant dix mois, les Allemands et les Français se battent de manière acharnée dans un secteur d’à peine 200 km2.

Interprétation :

Cette lettre évoque plusieurs aspects de la Première Guerre Mondiale. La violence de masse apparaît à travers les destructions, les souffrances physiques et psychologiques des soldats, la mort omniprésente. Le perfectionnement des armes, de plus en plus meurtrières, les stratégies d’offensives à répétition comme à Verdun expliquent le bilan humain catastrophique. Aussi l’auteur affirme que la « vérité brutale » est ignorée, ce qui correspond au travail de la censure dont le but était de cacher ou de minimiser les horreurs de la guerre pour ne pas démoraliser et décourager les civils à l’arrière dont la participation à l’effort de guerre est nécessaire pour la victoire. Enfin, R. Pigeard introduit une réflexion ironique en rappelant la « bonté des hommes » prêchée dans les Evangiles alors qu’ils se tuent par centaines à chaque jour de guerre !


Agenda

<<

2013

>>

<<

Novembre

>>

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
28293031123
45678910
11121314151617
18192021222324
2526272829301
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois